Sandrine Aurières-Martinet sur la route de Rio

Dans 80 jours sera donné le coup d’envoi des Jeux paralympiques de Rio. Une date cochée depuis longtemps par la judokate mâconnaise Sandrine Aurières-Martinet qui, malgré une blessure récente, ambitionne l’or pour sa quatrième participation.

Je fais les choses à fond. Comme tout athlète, je ne veux pas avoir de regrets à la fin ». Depuis l’annonce de sa sélection, celle qui l’emmènera vers sa quatrième participation aux Jeux paralympiques, l’objectif de la Mâconnaise Sandrine Aurières-Martinet n’a pas bougé d’un iota. Après l’argent à Athênes puis à Pekin, après une blessure en demi-finale à Londres, c’est bien pour une médaille d’or que la judokate s’envolera vers Rio, théâtre des XVes paralympiades du 7 au 18 septembre.

Un objectif en forme de contre-la-montre pour l’athlète à cause d’une fracture de la malléole contractée début février. Un vilain coup du sort pour la pensionnaire de Mâcon judo, malvoyante, mais aussi une occasion de faire montre de sa force de caractère. « J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps pendant trois minutes, explique-t-elle. Mais je suis restée dans une démarche de haut niveau. »

Un retour avancé

Et pour cause, celle qui est kinésithérapeute a vite fait le bilan. « Au niveau des délais, ça restait jouable, c’est pour cela que je suis restée positive malgré tout. »

Malgré six semaines d’immobilisation sans appui et dans l’idée de perdre le moins possible de ses capacités, Sandrine s’entretient entre musculation et travail cardio sur le haut du corps.

Elle retrouve les tatamis le 23 mai lors d’un stage, « un peu plus tôt que ce qu’il faudrait, en prenant sur soi par rapport à la douleur ». Puis enchaîne par le British open…et une victoire en finale sur la 5e mondiale. « C’est rassurant mais il ne faut pas crier victoire. Mais psychologiquement, c’est intéressant. »

D’ici Rio, la Mâconnaise, 3e mondiale des -52 kg, va enchaîner les stages. « Je crois vraiment en mes chances, je sais ce que je dois travailler », conclut-elle. Une chose est sûre : son énergie est au top.

Tags: